CHUT DE MYRIAM PERINE


LE LIVRE EN QUELQUES INFOS:

Date de sortie:

France : 23 Novembre 2006 

Résumé:


Garder le secret. Surtout ne rien dire. Ne rien laisser transparaître. Même si ça me ronge de l'intérieur, même si ça fait mal, là, tout au fond de moi. La vie de Myriam Périne bascule à l'âge de huit ans, au divorce de ses parents. G., le nouveau compagnon de sa mère, s'avère être un pervers, maître dans l'art de la manipulation. Myriam tombe très vite sous sa coupe. Toujours là pour la réconforter dans ses tourments, il la coupe peu à peu de ses proches. Fascinée, à l'adolescence, elle accepte tout, même l'inacceptable. Au vu et au su de sa propre mère : G. l'a convaincue que cela faisait partie de la " thérapie " dont sa fille avait besoin. Ce témoignage saisissant est l'aboutissement de quinze années de souffrance. La douleur de l'auteur imprègne chaque page, les mots sonnent juste et révèlent l'ambiguïté d'une situation insupportable. En brisant le mur du silence, Myriam Périne veut donner aux victimes le courage de suivre son exemple. Parler, pour enfin se libérer.


J'aime beaucoup lire des témoignages car ils sont le reflet de notre Histoire et/ou de notre société. Myriam Périne nous raconte ici en toute honnêteté et sans détour son parcours de son enfance à sa vie de femme d'aujourd'hui. La couverture le dit clairement: Myriam a été victime d'inceste et cela pendant quatre ans. Oui mais voilà, en lisant ce livre je n'ai pas eu l'impression que c'était le côté incestueux qui était mis en avant mais plutôt le côté lavage de cerveau et endoctrinement exercé par le beau-père de Myriam sur sa mère et elle plus particulièrement. L'auteure ne rentre pas dans les détails des viols, je pense que cela s'explique par le fait qu'elle voulait avant tout révéler à son entourage la vérité et être reconnue victime. Elle avait besoin de cette reconnaissance (surtout de la part de sa mère) afin de pouvoir passé à autre chose. 
Ce récit m'a parfois révolté , choqué surtout compte tenu de la passivité de certaines personnes face à cette situation avec notamment le comportement d'une psychologue mais surtout de la mère de Myriam. 
J'avoue avoir voulu les gifler à ce moment là, l'auteure aussi; je voulais lui dire "réveilles- toi , tu te fais avoir". Je me suis demandée comment est-il possible qu'une fille de 15 ans tombe dans le piège d'un tel beau-père. A 15 ans, on possède une certaine maturité mais surtout une certaine connaissance du bien et du mal. Malheureusement Myriam est restée piégée dans la toile qu'avait tissé son beau-père pendant des années. Comment? En isolant sa "proie", en créant un lien émotionnellement fort et dépendant vis-à-vis de lui tout en rendant complice sa mère.
Je pense que Myriam reste également prisonnière de ce terrible passé car G.( son beau-père) est décédé d'un cancer ne lui permettant pas ainsi, de le confronter directement à ce qu'il lui a fait.
Ce livre nous prouve la force que peut avoir un profond travail psychologique sur une personne fragilisée et isolée.
Ce témoignage nous démontre aussi la difficulté d'être crue, défendue mais surtout reconnue victime de ces sévices tant par ses proches que par la société.


Si je devais retenir une phrase, ce serait:

" J'étais désespérée, terrorisée et je me sentais coupable. A cela s'ajoutait toujours le fait que j'avais une peur panique qu'il ne me laisse tomber et qu'il ne m'abandonne. Je n'avais donc pas le choix et je cédai en me persuadant que c'était la meilleure solution."