UN ASSASSIN AU-DESSUS DE TOUT SOUPÇON DE YVAN STEFANOVITCH


LE LIVRE EN QUELQUES INFOS:

Date de sortie

Poche France : 26 Février 2001 

Editions

2014 J'ai lu français 
collection J'ai Lu Policier


RÉSUMÉ:

1978. Entouré de ses collègues de la gendarmerie de Chantilly, Alain Lamare jubile intérieurement. Depuis quelques jours, les forces de l'ordre et les médias semblent enfin prendre au sérieux le second Tueur de l'Oise.
Quel sang-froid et quel cynisme chez ce modeste
gendarme qui, de mai 1978 à avril 1979, va se transformer en criminel retors, recherché par toutes les polices. Vols de voitures, agressions multiples, meurtre... Le bilan de ces onze mois est d'autant plus éloquent que gendarmes et policiers se livrent une sourde guerre.
Itinéraire d'un gendarme modèle enquêtant sur ses propres crimes jusqu'à ce que les cartes lui échappent.




Tout d'abord, je tiens à signaler que tout les faits racontés dans ce roman sont réels et non le fruit d'une fiction.

LE PERSONNAGE ET SA PSYCHOLOGIE:

Alain Lamare: Il a 22 ans, il possède une personnalité complexe; l'une même se compare au Dr Jekyll et Mr Hyde. C'est quelqu'un de très solitaire qui est timide et maladroit envers les femmes avec lesquelles il entretien peu de relations car cela est difficile pour lui dû à son éjaculation précoce qui le gêne beaucoup. Il est ancré dan une monotonie au sein de son travail mais aussi dans sa vie privé, notamment avec sa famille avec qui il n'a pas réellement de relation privilégiée. 
C'est un solitaire qui a besoin de reconnaissance tant de la part de ses supérieurs que de sa famille.
On se rend aussi que c'est une personne méticuleuse tant dans l'exercice de ses fonctions que lors de l'élaboration de ses crimes où il fait preuve de sang froid et ne laisse rien au hasard. Il est également très intelligent et manipulateur.
Il espère évoluer professionnellement: il admire beaucoup le travail GIGN mais surtout de la PJ seulement lorsque sa candidature pour travailler dans des ambassades étrangères est rejetée, il est tout simplement énervé. C'est sûrement cela qui sera l'élément clé qui sera annonciateur de la montée en puissance de ses crimes. Il trouve cela injuste que lui qui fait consciencieusement son travail ne soit pas récompensé tandis que d'autres ne le mérite pas le sont.

Lamare n'éprouvera pas de réel remords à l'égard de ses victimes car pour lui la fin justifie en quelque sorte les moyens.
" Faire passer des inconnues "civiles" de vie à trépas ne lui pose pas de problème philosophique à la réflexion, d'autant qu'une fois mortes, celles-ci se réincarneront dans un autre corps, une autre temporalité selon les préceptes de Lobsang Rampa."

" Pourquoi le remords ne m'assaille-t-il pas? Je devrais être plongé dans ce remords, mais je ne puis me résoudre seulement à croire que j'ai agi."

LES PERSONNES EN CHARGE DE L'ENQUÊTE:

Police: 

- Commissaire Gréco, chef du SRPJ de Lille
- Commissaire Jacob, chef de l'antenne de la PJ de Creil
- Inspecteur Neveu, adjoint au chef de l'antenne de Creil, dit " Maigret"
- Inspecteur Pelfort, chargé de l'enquête de Creil
- Commissaire Jean-Jacques Thiéfine, chef du commissariat de Creil.

Gendarmerie: 

- Beauvais:
Colonel Soulé, commandant du groupement de gendarmerie de l'Oise
Commandant Mathiot, adjoint de Soulé
- Senlis:
Commandant Colson, commandant de la compagnie
Adjudant Citerne, chef de la brigade des recherches
- Chantilly:
Adjudant Cavalier, chef du PSIG
Adjudant Lelièvre, adjoint au commandant de brigade
Adjudant Duval, chef de la brigade
- Clermont:
Capitaine Pineau, commandant de la compagnie, dit "Colombo"


- Marie Brossy Patin: juge d'instruction de 29 ans


LES VICTIMES QUI ONT REÇU UNE VIOLENCE PHYSIQUE:



  • Patricia Cieslak: 1ère victime, elle a reçu trois balles mais survie
  • Brigitte Corette: 2ème victime, reçoit deux balles alors qu'elle était à vélo
  • Laurence Paillart: 3ème victime, elle aussi agressée alors qu'elle était à vélo
  • Yolande Raszewski: c'est la 1ère morte
  • Andrée Poirée: 19 ans, elle reçoit plusieurs balles et restera paralysée.

LE STYLE D’ÉCRITURE:

Les faits nous sont retranscrits du point de vue d'Alain Lamare lui-même. C'est un récit très précis qui évolue jour après jour, heure après heure comme si nous lisions le journal de bord/ intime du gendarme. Le fait d'être dans sa tête est très instructif et perturbant car on s'identifie à lui dans le sens où on a l'impression d'être en lui. Ce qui peu est très dérangeant étant donné les actes graves auxquels il s'adonne. Toujours est-il que l'histoire est ainsi retranscrite de manière sincère et authentique quitte à nous donner des frissons. La tension est d'autant plus palpable que deux ans avant les faits un homme fut arrêté dans l'Oise pour avoir tuer 8 victime. Il fut surnommé le tueur de l'Oise. 

L'INTRIGUE:

Alain Lamare jeune gendarme de 22 ans doit faire face de plus au relâchement du travail au coeur de la gendarmerie et de la police. Ce gendarme ne cesse de se poser des questions sur lui- même et son entourage.
"Pourquoi depuis son adolescence, ses réalisations n'ont jamais été à la hauteur de ses capacités et ambitions?"
En effet, il n'a jamais eu de reconnaissance tant dans le domaine privé avec sa famille ou d'éventuelles petites amies que dans le domaine privé et cela le blesse beaucoup surtout quand il voit avec quelle maladresse ses collègues travaillent.
" Durant ses années d'apprentissage, le jeune Lamare accepte, par peur du ridicule, pour faire comme les autres, de déchirer des procès-verbaux sous la pression des notables, de participer à des vols en se fournissant dans les caisses saisies lors des perquisitions". Il vit donc désormais son métier comme une fatalité.
" Je ne veux plus vivre en communauté avec les immondes crétins que je côtoie tous les jours" [...] " Quelque chose en moi va exploser. Je n'en peux plus et je vais tuer des hommes." 5 Mai 1976
Tant d'éléments déclencheurs qui vont pousser Alain Lamare à démontrer à la police et gendarme ô combien leur travail est superficiel. Cela va commencer par de simple vols de voiture, mais n'étant pas pris au sérieux tout va évoluer de façon crescendo jusqu'à devenir un criminel en puissance qui va terrifier tout le monde. Il sera d'ailleurs surnommer le "tueur fou de l'Oise" ou bien le " deuxième tueur de l'Oise".
Tout a commencé par un premier méfait  dès faits mais l'affaire a été aux oubliettes sans avoir paru dans la presse. Chose qui a totalement outré le gendarme Lamare qui décide donc de frapper plus fort. Il va alors tout analyser très minutieusement avant d'agir pour ne rien laisser au hasard.
Il jubile à l'idée de tester la capacité de ses collègues à résoudre l'affaire or il est pleinement outré et déçu de voir à quel point ceux-ci peinent à faire le travail et détériorent même les indices.

L’ATMOSPHÈRE/L'ENVIRONNEMENT:

Tout ceci se déroule entre 1978 et 1979 dans l'Oise. L'atmosphère est vraiment lourde et tendue. On aimerai tant être là pour changer les choses et éviter que tout cela ne se produise. Cela est d'autant plus bouleversant, qu'il ne s'agit pas d'une fiction mais de vraies victimes qui ont connu de vrais préjudices. On ne peut que ressentir de l'empathie pour celles-ci et se réjouir de ne pas avoir vécu à cette époque. On note un vrai relâchement général au sein de la Police et Gendarmerie. Entre ses deux dispositifs judiciaires, existe une guerre qui les opposent ce qui provoquera le ralentissement de l'affaire puisqu'ils ne communiquent pas et ne partagent pas tous les éléments relative à l'affaire.

BON A SAVOIR:

Ce fait divers a non seulement fait l'objet d'un romain mais également d'un reportage que vous pouvez regarder gratuitement ICI. Et d'un film qui s'intitule " La prochaine fois je viserai le coeur" avec Guillaume Canet.


NOTE ET AVIS GÉNÉRAL:

5/5

Difficile de noter un livre qui dévoile des faits réels qui ont bouleversé de plus d'une personne. C'est loin d'être une jouissance. Néanmoins c'est un récit que j'ai adoré de part son écriture, cela m'a bouleversé et m'a fais me poser des questions non seulement sur cette époque ( le contexte, le climat), les tensions et techniques d'enquête de l'époque. Mais surtout des questions sur Alain Lamare, sa psychologie. Est-ce que si quelqu'un avait été plus attentif à son comportement, les choses auraient-elles été différentes?
Est- ce que si Lamare avait moins "facilité" le travail de ses collègues, auraient-ils fini par trouver l'auteur des crimes.
Lamare est-il quelqu'un de vraiment perturbé ou était-il pleinement conscient de ces actes et ses impacts lors de ses crimes?

PROCHAINE CHRONIQUE:

BLEU SAPHIR de KERSTIN GIER